Industries lithiques / outils en pierre taillée : Tailler le silex

La pierre fut parmi les premières matières utilisées par l'Homme pour fabriquer des outils. Les outils en pierre taillée, ou industries lithiques, constituent l'essentiel des vestiges de la préhistoire.
C'est au XIXème siècle que les pierres taillées furent reconnues comme les outils produits par les populations de la préhistoire.
Ces outils furent tout d'abord classés en fonction de leur forme. Chaque forme correspondait à un type, en relation avec une époque, donnant lieu à la chrono-typologie.
Dès les premières découvertes, certains s'essayèrent à la reproduction de ces outils en pierre taillée. Il faudra cependant attendre la moitié du XXe siècle, pour qu'une nouvelle méthode d'analyse de ces industries lithiques soit élaborée à partir de leur reproduction expérimentale. Cette nouvelle approche ne s'arrête plus à la forme des outils en pierre taillée mais à leur processus de fabrication. Il ne s'agit plus de saisir  "quoi" mais "comment". Comprendre comment ces industries lithiques étaient réalisées permit d'accéder à l'intelligence technique de l'Homme de la préhistoire. A la compréhension pratique est venue s'ajouter la compréhension conceptuelle sous-jacente à la réalisation des différents outils en pierre taillée.
Les industries lithiques de la préhistoire n'apparaissent plus alors comme une juxtaposition d'outils distingués par leur forme, interprétée, notamment, selon leurs fonctions supposées ; fonctions qui se retrouvent parfois dans leur appellation - grattoir, racloir, hachereau...  Ces outils en pierre taillée apparaissent désormais comme des produits techniques, résultant d'une "chaîne opératoire" particulière, propre aux processus technologiques spécifiques de la taille des roches dures et à l'outil recherché. Ces outils, conçus et réalisés selon les contraintes spécifiques de leur matière première : la pierre et l'utilisation qu'il en sera faite, s'inscrivent ainsi dans une phylogénie non plus seulement culturelle et fonctionnelle mais aussi fondamentalement technologique. 
Parallèlement à l'élaboration de ce nouveau mode d'analyse des industries en pierre taillée de la préhistoire, de nouvelles recherches se développèrent pour essayer de comprendre leurs fonctions. Ainsi, les outils en pierre taillée obtenus par expérimentation furent testés pour diverses actions : coupe du bois et de végétaux, travail du cuir, boucherie, écaillage de poissons... Les traces d'utilisation laissées par ces activités sur les nouveaux outils en pierre utilisés furent étudiées, pour comparaison avec celles susceptibles d'être encore observées sur les outils en pierre de la préhistoire. Ces analyses furent rendues possibles par les nouvelles capacités d'observation des forts grossissements des microscopes à balayage électronique. Les utilisations des outils en pierre taillée purent ainsi être identifiées non plus à partir de leur seule forme, fut-elle ergonomique, mais à partir des traces d'usure encore présentes sur les tranchants de certains outils en pierre taillée des industries lithiques de la préhistoire. Ayant pour objet l'étude des traces d'utilisation des outils en pierre, cette nouvelle approche fut appelée tracéologie. Les informations obtenues par cette nouvelle discipline venaient compléter la compréhension des industries lithiques de la préhistoire en répondant à la question : pourquoi  ? 
Technologie et tracéologie, deux nouveaux modes d'analyse des industries lithiques de la préhistoire issus de l'expérimentation. Technologie et tracéologie connurent un fort développement dans les vingt dernières années du XXe siècle et fondent aujourd'hui les études ayant pour sujet les industries lithiques de la préhistoire. Associées, technologie et tracéologie donnent actuellement naissance à une nouvelle approche dite "techno-fonctionnelle". Basée sur les principes fondamentaux de la technologie et de la tracéologie dans l'étude des industries lithiques de la préhistoire : chaîne opératoire et fonctionnalité, l'analyse techno-fonctionnelle étudie les interactions de ces deux composantes. En effet, les outils en pierre des industries lithiques de la préhistoire, comme tout outil, ont été réalisés avant-tout pour servir, remplir des fonctions précises avec efficacité. Or, pour ce faire, pour être "fonctionnel", un outil doit répondre à des critères de mise en forme spécifiques qui devront être mis en place en amont de son utilisation, pendant sa réalisation.
La reproduction expérimentale d'outils en pierre taillée de la préhistoire l'avait déjà mis en évidence, tailler un outil en pierre ne doit rien au hasard mais résulte d'une élaboration conceptuelle préalable. Selon l'outil recherché, les moyens disponibles mis en oeuvre pour l'obtenir et le contexte culturel environnant, cette élaboration conceptuelle peut être très complexe. Aussi, pour obtenir un outil qui remplisse la ou les fonctions que l'on en attend, faut-il anticiper le but recherché, conceptualiser l'outil à l'avance et adapter les schémas opératoires au fil des imprévus que la pierre peut présenter en cours de taille. La taille des outils en pierre de la préhistoire se révèle ainsi être une association d'abstraction mentale et de savoir faire technique. La seule recherche d'une forme, à l'identique de celle des pièces archéologiques connues, ne saurait donc suffire à rendre compte de la réalité technique et conceptuelle des outils en pierre taillée des industries lithiques de la préhistoire. Pour nous aujourd'hui, la forme est la composante qui se donne à voir en premier. Au temps de la préhistoire, la forme n'était qu'une des composantes de l'outil. L'outil est avant tout recherché pour son efficacité. La plastique de l'outil est un élément de sa fonctionnalité. Il est vrai que des éléments naturels de la pierre, tels que des inclusions de fossiles ou des zonations colorées, ont été remarqués qui semblent avoir été considérés dans la mise en forme de certains outils en pierre taillée de la préhistoire. Cependant, tout comme nous pouvons apprécier la beauté d'un couteau, celui-ci doit avant tout couper et restera inutilisé si tel n'est pas le cas, aussi beau soit-il. De ce point de vue, la plastique d'un outil participe à sa dynamique. Elle rend son utilisation possible et efficace. Beau mais inutilisable ou inefficace, ce n'est plus un outil. 
L'objet d'étude de l'analyse techno-fonctionnelle des outils en pierre des industries lithiques de la préhistoire concerne l'analyse de ces paramètres de l'outil qui le rendent fonctionnel : utilisable et efficace.

Au sein des éditions @rchéo-éditions.com, maison d'édition dédiée à l'archéologie, nous consacrons une part importante de nos publications aux domaines de recherche énoncés ci-dessus, en relation avec l'étude des outils en pierre taillée des industries lithiques de la préhistoire : technologie et techno-fonctionnalité. Nos considérations s'étendent à l'ensemble de la préhistoire de par le monde, sans restriction géographique ni chronologique. Sur ces sujets, nous publions :

Nous étudions toute proposition.
Notre objectif est de travailler à la diffusion des recherches et connaissances à propos des outils en pierre taillée des industries lithiques de la préhistoire dans le monde. En effet, les différents modes d'analyse des outils en pierre taillée de la préhistoire nous semble relever de leur apport à la valorisation de l'intelligence technique de l'Homme depuis les origines. Résultats de recherches scientifiques ou de créations artistiques, la considération des industries lithiques de la préhistoire nous paraît être un acteur important de l'égalité universelle de l'Humanité, au-delà des frontières du temps, de la culture et de la géographie.

Pascale Binant
créatrice d'@rchéo-éditions.com

A paraître

Préhistoire de la mort

Actualités

+
7881573482-pagew.jpg

Salon du livre préhistorique

Samedi 20 et dimanche 21 Mai à La Chapelle-aux-Saints un salon du livre dédié à la...

Auteurs

+

Asghar Asgari Khaneghah

Anthropologue, Professeur à l’Université de Téhéran et à l’Université Azad à Téhéran, en Iran.

Gilles Berillon

paléoanthropologue préhistorien, chercheur au CNRS, UMR 7194 au Musée de l’Homme

Claudine Cohen

Historienne des sciences, Directrice d'études à l'EHESS et à l'EPHE. Elle a publié de nombreux ouvrages sur la paléontologie, la préhistoire et l'évolution humaine.